Bienvenue sur Eguens Info Culturelles

Test

Un silence de quatre mois : Sermon du Pasteur Barnabas François
















COVID-19/DECONFINEMENT/CULTES  RELIGIEUX



Dieu vient de se taire pendant environ quatre (4) mois dans les églises évangéliques du monde entier. Depuis les mesures de confinement adoptées par les autorités mondiales et locales pour lutter contre la propagation de la Covid-19, certains dirigeants ecclésiastiques ont certes, grâce à la radio, la télévision, les nouvelles technologies, via les réseaux sociaux, essayé d’accompagner leurs fidèles sur le plan spirituel. Cependant, au sein des assemblées évangéliques, de manière formelle, Dieu a fait un  silence total, a assumé le Révérend Pasteur Barnabas François. Pourquoi ce silence? Que signifie-t-il? Quelles sont les conséquences qui peuvent en découler? C’est la problématique qu’il a abordée dans un message présenté le dimanche 12 juillet 2020, à l’occasion de la reprise des cultes religieux en Haïti.

«Les bruits du silence», tel est le titre  du message que le responsable de l’Église de la Convention Baptiste d’Haïti à Hinche, a délivré au cours de l’émission spéciale qu’il anime tous les dimanches, de 17 heures à 18 heures sur les ondes de la Radio Leleonline. Le titre est un contraste, a-t-il reconnu. En effet, il s’agit d’un oxymore qui se veut une figure de rhétorique unissant deux mots en apparence contradictoires, selon Le Petit Larousse. Un silence éloquent en est un exemple. 
En passant, il convient de signaler au moins deux œuvres qui portent le même titre. D’abord  la musique du rappeur français  Dosseh, de son nom complet Dosseh Dorian N’Goumou : «Le bruit du silence». Un commentateur a écrit  à propos de ce  titre : «L’artiste a voulu signifier que le silence a plus d’impact, de bruit que le fait de hurler, de crier». Ensuite, il y a le roman de l’auteure française Léa Wiazemsky, publié en février 2017 : «Le bruit du silence». Un critique s’en est inspiré pour écrire ceci : « Il y a de ces silences qui crient et vous hurlent à l’âme tous les non-dits retenus dans la gorge».


Dieu et la parole
Parler du silence chez Dieu, c’est mettre en évidence automatiquement la relation du Divin avec la parole. C’est ce qu’a dégagé d’entrée de jeu le Pasteur Barnabas  François dans sa réflexion.  «La parole est l’instrument de travail utilisé par Dieu. Elle est  l’essence même, la toile de fond  de la relation de Dieu avec son peuple», a-t-il précisé, évoquant le récit de la création consigné dans le livre de la Genèse pour rappeler que Dieu  créa tout  par la parole. «Que la lumière soit! Et la lumière fut....Faisons l’homme  à notre image, selon notre ressemblance…» (Genèse 1 :3,26).
 L’Eternel   utilisa également la parole pour attirer vers lui Adam qui s’était égaré dans le jardin : «Où es-tu?» Et face à la dépravation de l’homme à l’époque de Noé, Dieu dit : «J’exterminerai de la face de la terre l’homme que j’ai créé». (Genèse 6 :7)
De nombreux paroliers chrétiens se sont inspirés du récit de la création, auquel ils ont apporté une touche poétique. Ces paroles mises en musique et chantées fièrement par les saints, élèvent davantage les cœurs vers le Très-Haut et rappellent que l’univers fut créé par la parole de Dieu. En voici quelques extraits : 
« Oh! que de l’Eternel la parole est féconde!
L’univers fut jadis l’ouvrage de sa voix;
Il dit…les éléments, le ciel, la terre et l’onde
Du néant sortent à la fois ». L. RACINE
« Tu m’as aimé, Seigneur! avant que la lumière
Brillât sur l’univers que ta voix a formé ».  FRED. CHAVANNES
« Il a parlé, ce Dieu que je révère, 
Et des soleils l’éclatante lumière
Brilla soudain à son appel ». L. DURAND
La parole incarnée  
Après avoir suffisamment parlé  à l’homme, Dieu décida d’envoyer la Parole (Jésus-Christ)  habiter parmi les hommes (la Parole faite chair), a par ailleurs souligné le Pasteur François, citant Hebreux1 : 1,2. Ce mystère qui est largement évoqué dans l’Évangile de Jean, prouve combien la parole est importante pour le Créateur qui continue à nous parler encore aujourd’hui, a-t-il assuré.  

Mais pourquoi le silence soudain de Dieu?
Des fois pour des raisons qu’on ignore, Dieu cesse de parler. Il se tait. C’est ainsi que le professeur François a abordé la deuxième partie de sa réflexion, citant Alfred de Vigny dans son poème «La mort du loup» : «Seul le silence est grand; tout le reste est faiblesse». Il est vrai que la parole est force. Mais le silence fait parfois beaucoup plus d’effets, a-t-il poursuivi, présentant celui-ci  comme une autre méthode de travail du Dieu souverain qui  se tait quand il veut. «Il est toujours hardi de vouloir pénétrer les desseins de Dieu», écrit Voltaire dans «Le siècle de Louis XIV».

Les deux grandes raisons du silence de Dieu
Intrigué par le silence de Dieu pendant environ quatre mois dans les églises évangéliques à l’échelle  planétaire, le Pasteur de la CBH a évoqué deux raisons qui, selon lui, seraient à la base d’une telle attitude du Divin.

La première raison est que le silence marque parfois une transition, c’est-à-dire la fin d’une époque  et le début d’une autre. De plus, après chaque période de silence, un événement ou des événements majeurs se produisent toujours dans l’histoire du peuple de Dieu.  (Les 400 ans de silence  face à  l’esclavage du peuple d’Israël en Égypte). Après ces quatre siècles, l’Eternel  parla et provoqua  l’engloutissement  de l’armée  du roi Pharaon dans la mer Rouge. (Les 400 ans de silence entre l’Ancien et le Nouveau Testament). Après cette période, des changements énormes  s’opérèrent  dans les relations de Dieu avec son peuple.


Les quatre mois de silence que nous venons de vivre,  marquent également une transition. Un fait est certain. Aujourd’hui le monde n’est plus le même. Le coronavirus a tout changé, a soutenu le Pasteur Barnabas François. Mais c’est aussi l’heure  pour les  chrétiens de se préparer davantage, car  personne ne sait ce qui va se passer après ces quatre mois de silence.  Sera-ce le retour  de Jésus? C’est le moment où plus que jamais  nous devons persévérer, nous préparer, a-t-il exhorté.  


La seconde raison est que le silence de Dieu est souvent interprété comme  un signe de jugement. De nos jours, la terre est dépravée, elle est immonde, abjecte. Certainement le monde  est l’objet d’un jugement de la part du Seigneur, a par ailleurs argumenté le prélat.  Le fait que Dieu n’a pas parlé durant les quatre mois écoulés renvoie à l’idée  d’un jugement exercé  contre la terre. En effet, le coronavirus ne fait pas de distinction entre les  races, les couleurs, les classes, les cultures,  les personnes  riches, les  pauvres, les gens instruits, les analphabètes. Tous ceux qui en sont morts, on eu le même traitement : les fosses communes.

Au lieu d’en tirer les leçons appropriées, de comprendre que  les habitants de la terre sont sous l’effet de la colère divine, les Haïtiens au contraire  se fourvoient dans l’immoralité, la débauche…,  a déploré le leader évangélique. C’est à ce moment que les autorités haïtiennes  légalisent les vices contre nature, réduisent la majorité sexuelle. Elles se fichent des enfants, de la délinquance juvénile, s’est-il indigné, soulignant qu’Haïti patauge aujourd’hui  dans un bourbier de fange. L’Eternel  exerce son jugement contre la terre, contre les  idolâtres, les criminels, les  homosexuels, ceux qui pratiquent la  bestialité. C’est autant de bruits qui se sont dégagés de son silence  durant les quatre mois écoulés. 


Conclusion
La nature imite son Créateur en faisant silence certaines fois. La mer et le vent savent se calmer; les prédateurs se taisent pour mieux repérer et bondir sur leurs proies; les parents aussi se taisent des fois quand leurs enfants commettent une désobéissance. Dans tous les cas, le silence fait peur. Il laisse toujours augurer une réaction brutale, violente, anormale. Il faut toujours se méfier du calme apparent de la mer. Souvent elle se replie  pour mieux rebondir. On est généralement troublé devant le silence de quelqu’un, ne sachant pas ce qui se passe dans sa tête.  Des fois on souhaite une réponse. Quelle qu’elle soit, au moins on sait la position de l’interlocuteur.

On assimile également le silence au mépris à l’humiliation. C’est le cas des chefs qui interrogeaient Jésus. Il ne répondit rien. Ce qui ne manqua pas de les troubler. Le silence parle fort. Sa voix est grave, sévère  et effrayante. C’est un lieu où se conçoivent des plans macabres, des projets de destruction. On fait souvent silence pour afficher par la suite une réaction fracassante. Dieu le fit dans le cas des Hébreux en esclavage en Égypte, et il vient de le faire durant les quatre mois écoulés dans les églises évangéliques du monde entier. Quelle en était la motivation? Quelles en seront les conséquences? Est-ce un message, un avertissement envoyé à l’Église universelle? Ou est-ce un appel aux inconvertis?  Quoi qu’il en soit, c’est l’heure pour tout le monde : chrétiens, leaders évangéliques, païens  dignitaires, décideurs…de se mettre en règle  avec le Seigneur « Ranje koze yo ak Seyè a »  pour échapper à  la colère de Dieu.


En musique, le silence n’est pas une rupture totale. Il est un arrêt momentané qui s’inscrit toujours dans le rythme et la cadence du morceau. La voix ou l’instrument se tait devant la figure de silence pour  un temps donné, selon ce qui est écrit dans la partition.   De même, le silence de Dieu durant le confinement était momentané. Mais attention! Les conséquences risquent d’être durables. 


La figure de silence ayant la plus longue durée, c’est la pause. Elle dure quatre temps (simples). Évidemment, selon l’effet que le musicien-compositeur veut créer, il peut combiner plusieurs pauses ou même augmenter la valeur de la figure de silence en le pointant, c’est-à -dire en ajoutant un ou deux points à sa droite.  Par ce silence de quatre mois, on peut dire que Dieu a fait une pause. Mais étant donné que le silence ne met pas nécessairement fin au morceau, Dieu non plus n’a pas mis fin à son plan de salut pour l’humanité. Il continuera à parler dans les assemblées. Et il a déjà recommencé à le faire. C’est donc à nous d’être attentifs à sa voix. 

Lucmane Vieux
Montréal, Québec (Canada)
Le 14 juillet 2020.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire