Bienvenue sur Eguens Info Culturelles

Test

Les notes de reconnaissance de Zafem au public après leur grande première





Deux jours après la prestation virtuelle marquant leur grande première, les deux protagonistes de Zafèm: Réginald Cangé et Dener Ceïde se sont adressés, via leur page Facebook, à leur public de mélomanes.


Satisfait des retours sous forme de commentaires et de critiques, Dener Ceïde a promis, d’entrée de jeu, des améliorations dans le souci, dit-il, de faire voyager la musique haïtienne partout. Et, ce avec brio. Par ailleurs, le Saint-louisien a félicité tous les musiciens du groupe à commencer par Mozard, le plus jeune, qui, d'après lui, a fourni un travail appréciable. Puis, les autres musiciens ont eu droit aux propos élogieux de Dener Céide : Jean Fediam Doréstan (Yayam), Jean-Claude Paul Junior, Jonas Imbert, le jeune Mathieu, le saxophoniste Yassine, Delva le bassiste du groupe, les choristes( Elysée et Madame Préval) et surtout Makarios Césaire, le notable. Ce dernier est considéré comme le sage du groupe, celui qui s’assure de la conformité des décisions prises par les autres et qui garantit une belle harmonie entre tous.

D'un autre côté, le guitariste, arrangeur, compositeur, qui a ses touches sur diverses compositions d'autres groupes, a déclaré que le groupe s'est déjà fixé sur ses orientations musicales, qui, a-t-il ajouté, sont très larges. La grande première du groupe a permis de découvrir des révélations, dont Delva qui a été impeccable, a estimé Dener Ceïde.

Tout aussi reconnaissant, Reginald Cangé, qui n'avait pas cessé de saluer les carrefourrois ,ville ,qui a vu grandir son enfance , a remercié tous ceux qui ont contribué au succès de la grande première. « Tout moun ki te sipòte nou mantalman, spirityèlman, tchotchoman palan », a énuméré Reginald Cangé.

Les deux musiciens se disent comblés par l’accueil du public. Ils s’engagent à corriger ce qui le mérite pour avancer dans la bonne direction, car disent-ils, « nous sommes des perfectionnistes et notre seul et unique objectif est de produire des créations musicales de bonne facture, avec la lumière et la force. On y parviendra ensemble ». « Epi ti bebe a batize, n ap veye lougawou, dekapotab », a conclu Réginald Cangé.

Soulignons que le groupe a comblé l'attente de plus d'un samedi soir avec un répertoire de musiques triées sur le volet et puisant dans le folklore haïtien, le boléro, le compas. Poussant l’éclectisme jusqu’à ses limites, ils ont même honoré la mémoire de l'éminent poète Georges Castera, guitariste à ses heures. André Fouad, accompagné des musiciens, a fait une déclamation magistrale de cet éminent poète qui est parti pour l'au delà le 24 janvier 2020.

Eguens Infos culturelles 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire