Bienvenue sur Eguens Info Culturelles

Test

Festival Haïti en Folie: Le rendez-vous choc du week-end à Montréal










La 14e édition du Festival Haïti en Folie se déroulera en ligne du vendredi 24 au dimanche 26 juillet 2020, tant à Montréal qu’à New York. Sous le signe de la solidarité, une programmation riche et variée attend les internautes du monde entier qui y auront accès gratuitement sur le site du Festival www.haitienfolie.com et sur les réseaux sociaux en général. Une fin de semaine qui s’annonce choc, a garanti l’initiatrice de l’activité, Fabienne Colas.


C’est dans un contexte particulier que nous nous apprêtons à lancer la quatorzième édition : celui de la pandémie Covid-19. Avec toutes les implications qu’on connaît, et eu égard aux différentes mesures adoptées par le gouvernement du Québec en matière de rassemblement et de distanciation sociale, l’équipe est obligée de changer de stratégie en réalisant le Festival en ligne, a souligné Mme Colas. Avec cette nouvelle formule, elle admet que l’ambiance physique ne sera plus la même. Ce n’est plus l’époque où 100 mille personnes festoyaient en plein air,  au parc Lafontaine, dégustant du bon griot, du tassot,  un bon plat de lambi et de « pikliz », a-t-elle reconnu, saluant toutefois la ténacité de son équipe qui n’a pas voulu baisser le bras cette année.


De la compensation
Fabienne Colas se réconforte, par ailleurs, à l’idée que l’organisation virtuelle  du Festival cette année offre une certaine compensation, comble un certain déficit. C’est que « live », les Haïtiens  à travers les 5 continents y auront accès, pourront le suivre aisément. Cette édition en ligne déplacera  tout simplement les bornes des frontières, s’est-elle réjouie.  Réagissant à l’accueil que la ville de Montréal, à travers sa mairesse, Valérie Plante, des autorités provinciales et fédérales accordent au Festival Haïti en Folie, elle a en outre souligné l’importance de la communauté haïtienne dans la société canadienne en général, rappelant  l’apport que les Haïtiens de la première vague migratoire avaient apporté  à cette société à plusieurs niveaux, notamment celui de l’éducation. « La communauté haïtienne fait partie intégrante de la société canadienne », a-t-elle ajouté. 


Une programmation pour tous les goûts 
La responsable de la Fondation Fabienne Colas ne se fait pas de souci quant au succès de la programmation en ligne. De toute façon, tout le monde ne s’intéressera pas aux mêmes activités, aux mêmes ateliers en même temps, a-t-elle avancé. L’atelier de danse traditionnelle aura son public, tout comme l’atelier culinaire pour les Petits Loups et l’atelier culinaire. Celui sur le cinéma haïtien rassemblera également le sien. Quant aux tables rondes, « Black Lives Matter : Comment éradiquer le Racisme Systémique? » et  « Cinéma haïtien-Nouvelle génération : Quel avenir? » ne feront pas non plus le même public. Il en sera de même du spectacle « Défilé RARA en Folie », de la causerie : «  Dany Laferrière  et le voyage de l’exil », sans oublier « En toute intimité avec Paul Beaubrun » et le concert hommage : « Sur les traces de Manno Charlemagne », en souvenir de son dernier passage au Festival en 2009, a détaillé Mme Colas.


Les impacts du virtuel sur le Festival
Même  lorsque tout reviendra à la normale, les choses ne seront pas totalement comme avant, a plus loin estimé Fabienne Colas. La distanciation sociale, le port des masques seront encore là. En ce sens, elle pense qu’un aspect  en ligne sera toujours envisagé pour le Festival Haïti en Folie. Ce n’est pas un élément nouveau apporté par la Covid-19. On s’efforce tout simplement de s’adapter à une situation. Évidemment, s’il y a des choses positives qui en découlent, on pourra  s’en servir avec le temps, a-t-elle nuancé.
Le Festival Haïti en Folie vise un triple public. D’abord et avant tout, les Haïtiens en général « alawonnbadè ». Ensuite, les amoureux de la culture haïtienne, quelle que soit leur couleur. Enfin, les curieux. Ces derniers ne sont pas forcément  des amoureux. Ils viennent assister par pure curiosité pour découvrir c’est quoi cette affaire d’Haïti en folie, a lâché Mme Colas, d’un ton plaisant et souriant. Selon elle, cette catégorie intéresse  beaucoup les initiateurs, car leur mission c’est de « convertir » ces curieux en amants de la culture haïtienne. D’où, a-t-elle ajouté, en éclatant de rire, l’évangile de Fabienne Colas.


La dirigeante a finalement lancé un appel à la générosité, en  invitant tout un chacun à faire un don à la Fondation Fabienne Colas, afin de la soutenir non seulement dans l’organisation du Festival, mais aussi dans la réalisation de tant d’autres activités, dont  des programmes de formation à l’intention des jeunes. L’activité est totalement gratuite, mais les coûts sont énormes, a-t-elle soutenu, espérant maintenir cette gratuité  pour les années à venir.


Lucmane Vieux
lucmanov@yahoo.fr
Montréal 
 

  

Aucun commentaire:

Publier un commentaire